Thématiques

« Le cœur a ses raisons que la raison ignore »- Pascal

L’amour

L’écriture d’Un moment d’égarement a été initiée par l’envie de voir naître le contraste entre le non dit, le langage retenu, social, et le bouillonnement des sentiments amoureux. La distance entre ce qui ne doit pas être dit et ce qui est, si puissamment ressenti, qu’il en empreigne l’imaginaire et finit par interagir sur le réel. Un homme et une femme, Alice et romain, rattrapés par leur relation passée, pris de nouveau au jeu des sentiments alors que leur vie a pris des chemins différents. Ils vont osciller entre raison et passion, tour à tour froidement objectif, et par instants profondément troublés.

Que faire quand les sentiments ressurgissent
du passé ? Comment concilier les élans du cœur avec la responsabilité d’une vie ?

La réalité

La réalité omniprésente est étouffante pour qui n’a pas choisi avec le cœur. Le poids des responsabilités et l’obligation des compromis évaporent les rêves. Une réalité qui oblige à se résoudre, à oublier l’essence de la passion. Et comment pourrait-il en être autrement ?

Deux être censés, que la vie a comblés, du moins à ce qu’il parait…ne doivent-ils pas se laisser tenter par l’aventure ?
Où s’arrête le jeu et où commence l’extraordinaire ? Et si le réveil avait eu lieu, et si Romain et Alice n’étaient qu’au début d’une toute nouvelle réalité…

Le rêve

Le rêve apparaît comme un exutoire, la seule solution de repli, unique moyen de vivre et de tenter l’amour.


Le passage entre le rêve et la réalité est matérialisé par le tic-tac d’une pendule un peu particulière. Elle agit comme une fée, transforme le temps en rêve, et peut-être le rêve en réalité…Elle est la clef d’un monde magique.
Le rêve comme un nouveau moyen de respirer.

Dans la pièce, le rêve devient si présent et si intense qu’il devient réel. Il se matérialise par l’intermédiaire de grands rôles, de personnages classiques, tout droit sortis de l’inconscient de Romain et d’Alice. Ainsi, par l’adaptation décalée et originale de Roméo et Juliette de W. Shakespeare, Les lumières de la ville de Chaplin, mais aussi des grands classiques du cinéma, Hôtel du nord, le Mépris, Alice et Romain vont se libérer. En s’appropriant ces personnages, ils vont s’affranchir des règles, oublier les contraintes, s’amuser des codes, retrouver le goût du jeu et le courage d’aimer.

Le temps

Un amour véritable ne meurt jamais, mais le temps le met perpétuellement en danger…

Ce temps paradoxal qui contraint, installe l’urgence mais peut aussi, par la grâce d’instants magiques venus d’autres dimensions, raviver les émotions, installer l’absolu.

Publicités